Pourquoi pas ? N° 36 3


grand-mama

 

La Recette de Grand-Maman

Filet de porc à l’orange

Ingrédients pour 6 personnes

6 tranches de filet mignon de porc
1/2 citron
2 oranges
2 c.à soupe de jus de rôti
3 cl de Curaçao
2 c.à soupe de crème double

1. Presse une des oranges et le demi citron.

2. Lave et essuie la seconde orange, coupe-la en tranches.

3. Fais chauffer 40g de beurre dans un sautoir, quand il est bien chaud fais revenir les filets mignons, assaisonne-les et laisse-les bien dorer sur une face avant de les retourner, laisse dorer la seconde face.

4. Pendant la cuisson des filets mignons, fais chauffer le reste de beurre, passe les tranches d’orange dans ce beurre chaud à feu moyen pendant 5 minutes à peine.

5. Passe un plat de service à l’eau très chaude, essuie-le, dispose les filets mignons dans ce plat, entoures-les avec les tranches d’orange, tiens le plat au chaud. 430

6. Verse le beurre ayant servi à réchauffer les tranches d’orange dans le sautoir où ont cuit les filets mignons,

7. Déglace ce dernier avec le jus d’orange et le demi citron, ajoute le Curaçao et la crème, chauffe vivement en grattant bien le fond du sautoir à la cuillère de bois.

8. Ajoute le jus de rôti, rectifie l’assaisonnement, relève-le d’une pincée de poivre de Cayenne.

9. Nappe les filets mignons avec cette sauce.

Bon appétit !

 


Merci à l’ami Aschi – http://bornaschi.spaces.live.com/ – qui m’a passé ce texte bien de chez nous

Histoire vaudoise
Auteur inconnu
 

Ce matin-là, mécol, le Taguenet, j’avais peu d’accouet, j’étais tout moindre. Mais après avoir enfilé mon pantet, je m’emmode. Je vais d’un pas quelque peu vigousse retrouver ma bouèbe pour la cocoler, oui, car je fréquente.

Comme ce n’était pas une mijaurée, tout en lui caressant le cotzon, je lui propose de se préparer à prendre un traclet pour se rendre sur un becquet de par là-haut. On avait grebolé toute la nuit, car il avait fait une de ces cramines à te flanquer la grolette. Le matin, après une puissante roille, une véritable saucée, il a chotté. Il ne restait plus que du mouillon. Heureusement que j’avais une panosse pour essuyer la gouille, il fallait éviter qu’un taborniau ou une bedoume, dont les quinquets étaient encore tous collés, ne viennent s’encoubler dans ce patrigot et cupesser tout à côté dans le ruclon qui sentait encore le brûlon, souvenir d’un feu qui couvait encore depuis la veille au soir.

Avec ma gâtionne, nous décidâmes de nous ganguiller au fin coutzet d’un mamelon des environs. Ma minçolette était gringe, un peu piorne, elle pétouillait car elle avait la trouille. Ayant peur de déguiller, de dérupiter et de s’epécler une piaute, elle s’est mise a quequeiller : Quelle longue tirée pour la descente !

Aussi, après avoir refermé un clédard : Il faut penser aux modzons ruminant dans le pré ! Nous nous arrêtâmes pour souffler un peu dans le cagnard, une espèce de mayen dont le toit était recouvert de tavillons. Nous actionnons le péclet et nous nous cotons dedans. Loin de nous l’idée de foutimasser, de miquemaquer, pas plus que de potringuer, je le jure, ni même de jouer à la courate. Non, notre voeu le plus cher était de s’accorder un clopet réparateur. Quelle pioncée nous avons faite ! Tout ragaillardis, nous retournâmes au village ; mais quelles sont ces brâmées, ces cyclées ?? D’où ce baccanal pouvait’il provenir ?

Il venait de la pinte à l’entrée de laquelle se trouvait un gapion venu mettre un peu d’ordre dans cette chotte. Lors d’une rioule durant laquelle certains clients avaient trop sacrifié à Bacchus après avoir pintoillé et abusé de la topette (quelle embardouflée ils en avaient), deux toyotzes, de vraies chenoilles, s’étaient lancés des fions puis se sont foutu des agnafes. Nous avions rarement vu pareille astiquée ! Ces deux cradzets s’étaient trivougné à tel point que les deux gniolus avaient le pif tout maillé, tout de bizingue. Nous en étions tout remués.

fromage rebibbes Vous comprendrez qu’après avoir constaté les dégâts de cette passe de lutte, ma minçolette et moi, nous avions besoin de nous requinquer. Juchés sur des trabedzets quelque peu branlants, nous appelâmes la fille de l’aubergiste, une grande berclure, pouète comme un épouvantail à moineaux et raide comme la justice de Berne. Sa robe, qui avait dû être blanche, était recouverte de tacons virant au grisâtre. Son apparition a déclenché chez nous une de ces détraques, une déguille à se rouler de rire par terre. Cette guïupe, une vraie pèdze, parait-il, selon les gens du village, a servi aux deux affamés que nous étions tout ce qu’il fallait pour se rapicoler.

Nous avons rupé sans nous faire prier de la fricassée de cayons, du gâteau au nion, du gâteau à la cougnarde et du taillé aux greubons, sans oublier des rebibes de l’Etivaz. Le solide a été puissamment arrosé d’un breuvage qui n’était pas, je vous l’assure, un penadzet : il a fallu plusieurs fois rafoncer.

Cette tranche de vie un peu loufoque se termine ici, J’espère que vous n’avez pas été trop dur a la comprenette de ce langage spécifiquement vaudois et que vous ne le redzipéterez pas, car gare aux batoilles !!!!

vaches en rang

 

Voici traduits les mots qui sont en patois dans cette histoire vaudoise.

accouet énergie, force, entrain
agnafes gifle, coups
baccanal vacarme
batoilles bavarde
bedoume femme stupide
berclure tuteur pour haricots
bizingue de travers
bouèbe blonde, gamin
brâmée criée
brûlons odeur de brûlé
cayons
chenoilles vaurien, voyou, forte tête
chotte abri
clédard portail rustique d’alpage
clopet petite sieste
cotter fermer, enfermer
cotzon cotson : nuque
cougner coincer, serrer
cougnarde vin cuit, raisinée
courater perdre son temps en allant d’un endroit à l’autre
coutzet sommet, extrémité sup.
cradezet petite personne, minable
cupesser culbuter, désordre
déguiller faire tomber, fou-rire
dérupiter tomber en bas d’une
embardoufflée couche épaisse, état d’ivresse avancé
emmoder amorcer, mettre en marche
épeclée beaucoup
s’épecler se casser, se briser
foutimasser fouiller, s’agiter en vain,
ganguiller se balancer
gapion policier, gendarme,
gationne chérie
gniolu personne un peu débile
goille flaque
greboler grelotter
gueïupe poupée en pattes
grulette tremblements
mécol moi, moi-même
miquemaquer chercher des histoires
modzon génisse
mouillon trempé
nion résidu de pressée de noix
pantet pan de chemise
péclet loquet d’une porte
pédze colle, pot de colle, poix
penadzet piquette, mauvais vin
piaute jambe, patte
pintoiller boire beaucoup, s’enivrer
potringuer aller de gauche et de droite
pouète très laid, vilain, puant
quequeiller grogner
rafoncer remettre la tournée
rapicoler ravigotter
rebibes copeaux de fromage
rédzipeter rapporter, dénoncer
rioule fête, foire
roille pluie
ruper, rupé manger goulument
taborniau imbécile, simplet
taguenet bête mais pas méchant, sot
toyotzes imbéciles
trabedzets escabeau, tabourets
traclet petit train régional
trifougné empoigné
vigousse vif, vigoureux
 
Tiré de divers dictionnaires de patois du net.

 


 

Horizontal
A.  Fleurs des prés et des bois
B.  Nettoyages
C.  Se précipitera – Capable
D.  Greffe – Ligne
E.  Stupides – Rivière Suisse
F.  Pronom personnel – Éclusées
G.  Vieux do – Note élevée
H.  Épreuve sportive
I.   Conjonction – Stress
J.  Laxatif – Dépités
 
Vertical
1  Fêtes annuelles
2  Paresseux – Pronom personnel
3  Hameaux des Antilles – Métal précieux
4  Mouvements de la mer – Saison
5  Prénom féminin – Arbre
6  Avance – Comptoir
7  Perdis – Baie du Japon
8  Remet en état – Mot latin
9  Pâturages d’été – Conjonction
10  Vents

 


Solution du N° 35

Horizontal
A :  AVENTURIER   B:  DENIE – GO   C:  ATTENUERAS   D:  PUR – ALE   E:  TEENAGER   F:  PATATE
G:  TARTINES   H:  ICI   I:  SUEE – NUS   J:  NEES – SUIE
 
Vertical
1: ADAPTATION   2: VETUE – AC   3: ENTREPRISE   4: NIE – NAT – US   5: TENTATIVE   6.  GANTES  
7: RUE – ETET   8 : RARES   9: EGAL – TUE   10: ROSERAIES

 


Poisson d'avril

One Comment

  1. .
    Posted 7 juillet 2010 at 11 h 45 min | Permalink | Répondre

    Miam Miam !!!Merci pour cette recette bien appétissante !Gros Bisous à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :