L’auto de mon Grand-papa


 Jeudi 24 juin 2010 il est 10 heures, sur mon balcon il fait 24°

Donnerstag, den 24. Juni 2010, auf meinem Balkon habe ich 24°

 

Encore un extrait de mes souvenirs, dédiés à mes petits-enfants, “Raconte Grand-papa, raconte…”

 

auto ar.gd.pa

 

Je donne ici la parole à mon papa, ton arrière grand-papa Louis, il a lui aussi une histoire de première bagnole à te raconter, écoute le c’est lui qui parle :

C’est ma première voiture. Je l’ai photographiée en 1926 avec ton arrière grand-maman. Elle n’a jamais su conduire, mais avoue qu’elle a vraiment l’air à l’aise derrière le volant ! Regarde les pneus, ils sont pleins, sans chambres à air. C’est un cabriolet, comme la première voiture, trente ans plus tard, de mon fils Erwin, ton grand-papa.

J’ai passé mon examen de conducteur de voiture automobile à Sion. Il n’existait pas encore d’auto-école, j’ai appris à conduire avec ma voiture, tout seul. Par contre les examens existaient déjà. L’expert m’a accompagné dans mon cabriolet pour l’examen, il m’a fait prendre la direction de Savièse, après quelques exercices de parcage il me dit de redescendre à Sion. Soudain, là, sur la petite route à travers les vignes, une roue d’automobile nous dépasse, gentiment, en sautillant, toute seule…

Je dis à l’expert : "Tiens, il y a quelqu’un qui a perdu une roue… "

À peine l’ai-je dit, voici qu’il n’y a plus d’expert à mes côtés, je me retrouve tout seul dans le véhicule…

Pris de panique, l’expert, d’un saut par-dessus la portière, avait quitté le navire qu’il croyait en détresse !

C’est une roue de ma propre voiture qui nous avait dépassé, j’avais perdu une roue ! Je m’arrête, remonte la roue, récupère l’expert vert de trouille et descend à Sion…

permis conduire Je l’ai eu mon permis, un petit carnet, genre passeport, avec l’énumération des quelques règles de circulation que l’on connaissait alors. J’en ai fait une copie, conserve-là en souvenir de ton arrière grand-papa Louis, qui aurait bien aimé te connaître.

  Puisque l’on m’a donné la parole, je profite pour te raconter un autre de mes souvenirs. C’est au temps de mon adolescence, en Russie.

J’habitais avec mes parents, tes arrière, arrière, grand-parents, une petite localité en Russie où mon papa avait une fromagerie. En tant que bon bernois il fabriquait un genre d’Emmental qui était fort prisé des gens du pays. Je faisais des études d’ingénieur forestier, la nature me fascinait. Combien de fois n’ai-je pas sillonné les énormes forêts, presque vierges, fièrement perché sur mon cheval. Il n’était pas rare que je me trouvais nez à nez avec un ours, ils étaient fort nombreux dans ces bois.

À mon époque aussi, les distraction des jeunes étaient les bals et kermesses du samedi-soir. J’y allais généralement à vélo. Après une de ces soirées, sûrement trop arrosée, je trouvais que mon vélo était fort lourd et je n’arrivais pas à grimper dessus, je le poussais donc à la maison. Le lendemain matin, quand je veux reprendre mon vélo, je trouve à sa place une énorme branche de sapin qui avait vaguement la forme d’un guidon de vélo… !

 

Mon papa, forestier, garde-chasse en Russie
Mein Vater Förster, Jagdaufseher in Russland

 

Ich gebe hier das Wort meinem Papa, Deinem Urgrossvater Louis, auch er hat eine Gechichte über sein erstes Auto zu erzählen. hör ihm zu, hör ihm zu :

Auf obigem Bild siehst Du mein erstes Auto, mit Deiner Urgrossmutter am Steuer. Ich habe die beiden 1926 fotographiert. Deine Urgrossmama hat aber nie gelernt ein Auto zu fahren, gib’s zu, sie hat wirklich Klasse in diesem Kabriolet !

Schau die Reifen an, es sind Vollreifen, also ohne Luftschlauch. Wie Du siehst war es ein Kabriolett wie das erste Auto, dreissig Jahre später, von meinem Sohn, Deinem Grosspapa Erwin. 

Als ich in Sitten mein Fahrprüfungsexamen absolvierte gab es noch keine Fahrschulen, ich habe mit meinem Auto allein fahren gelernt. Es gab hingegen schon ein Fahrprüfungsexamen.

Der Experte kam mit mir, in meinem Kabriolet. Wir furen Richtung Savièse wo ich einige Mal parkieren musste, dann sagte der Experte ich soll nach Sitten zurück kehren. Wir fuhren auf der schmalen Strasse durch die Weinberge den Hang hinunter, als ich plötzlich sah wie uns ein Autorad, ganz allein, überholte…

Ich sagte dem Experten, : “Da hat jemand sein Rad verloren…”.

Kaum hatte ich das gesagt, war der Experte an meiner Seite verschwunden und ich sass allein im Auto… voller Panik war er über die Türe aus dem Auto gesprungen und hat das Boot das er in Not sah, verlassen ! Es war ein Rad meines eigenen Autos das mich überholt hatte ! Ich konnte das Rad wieder montieren und mit dem Experten, der grün war vor Angst, nach Sitten runter fahren.  

Ich habe meinen Führerschein erhalten, ein kleines Büchlein, wie ein Reisepass, mit den wenigen Verkehrsregeln die man damals kannte. Ich habe ihn fotographiert, bewahre ihn, als Erinnerung an Deinen Urgrosspapa Louis, der Dich sicher gerne gekannt hätte…  

Wenn man mir schon das Wort erteilt hat, benütze ich es um Dir eine meiner Erinnerungen zu erzählen. Es war zu meiner Jugendzeit in Russland.

Ich wohnte bei meinen Eltern, Deinen Ur-Urgrosseltern in einem kleinen Dorf in Russland, wo mein Vater eine Käserei hatte. Als guter Berner fabrizierte er eine Art Emmentaler der von den Einheimischen sehr geschätzt wurde. Ich studierte Waldingenieur, die Natur faszinierte mich. Oft bin ich, stolz auf meinem Pferd, durch die riesigen fast-Urwälder gestreift. Es war nicht rar dass ich einem Bär begegnete, damals waren sie noch sehr zahlreich in diesen Wäldern.

Auch zu meiner Zeit zählten Kirmess und Samstagsball zu den wenigen Unterhaltungen dir wir hatten. Ich begab mich meistens mit meinem Velo ins nächste Dorf wo etwas los war. Nach einer solchen Nacht, die wahrscheinlich ziemlich alkoholisiert war, fand ich dass mein Velo auf dem Heimweg sehr schwer war, auch war ich nicht im Stande es zu besteigen… mit Not und Mühe gelang es mir mein Fahrrad zu schieben. Am anderen Morgen fand ich an Stelle meines Velos einen riesigen Ast, der wahrscheinlich meinem Velo ähnlich war… !

 

 

–   Warum nehmen sie ihre Brille ab beim fahren ?
–   Es macht 2 Gläser weniger bei der Kontrolle…

2 Comments

  1. merry
    Posted 25 juin 2010 at 13 h 01 min | Permalink | Répondre

    COUCOU ERWIN DESOLEE POUR LE TRAVAIL……MAIS CE N’EST RIEN A COTE DE CELUI QUE J’AI POUR LE FAIRE.LOLLLLLLLIL ME SEMBLE QUE TON EN TETE A CHANGE ??ELLE ES ANIMEE C’EST TRES JOLI .JOLI BILLET AUSSI.BON WEEK-END AVES BCP DE SOLEILSURTOUT DANS LE COEUR.AMITIE

  2. Peter
    Posted 26 juin 2010 at 7 h 42 min | Permalink | Répondre

    SALUT ERWIN … une tranche de vie…moi j’ai appris à conduire sur un camion et on m’a donné mes permis au bout de 6 semaines !!!mais c’était à l’armée … ça m’a fait gagner et du temps et de l’argent puisque de retour à la vie civile ils ont été validés sans problème et sans nouvel examen !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :