Ma première bagnole


 

Dimanche 28 mars 2010. il est 09h11 sur mon balcon j’ai 8°    
Sonntag 28.März 2010. es ist 09H11 auf meinem Balkon habe ich 8° 

 

 

Un coup d’œil par ma fenêtre, la neige n’arrête pas de menacer…   

Ein Blick aus meinem Fenster, der Schnee droht immer noch…

 

Je reprends aujourd’hui une rubrique que j’ai (trop) longtemps laissé dormir. Ce sont des extraits du recueil que j’ai fait pour mes petits-enfants, ("Raconte Grand-papa, raconte…") afin qu’ils puissent lire de première main ce que fut sa jeunesse à lui…     

 

Ma première bagnole

bagnole 3

C’est une Standard, cabriolet, je crois un modèle 8 Open Tourer 1939.

Je travaille comme magasinier à Lausanne dans un garage. Nous avions la représentation de diverses marques, aujourd’hui pour la plupart disparues. Qui connaît encore les voitures aux noms de Hillman, Humber, Sunbeam, Panhard ou encore Graham ? Nous étions aussi importateurs exclusifs pour la Suisse des prestigieuses marques anglaises Daimler et Lanchester. Ce sont des marques à peu près équivalentes aux fameuses Rolls-Royce.

Le fait de travailler dans un garage m’a procuré la possibilité d’acquérir une voiture d’occasion.

bagnole 6 Quand l’opportunité c’est présentée d’acheter ce cabriolet je n’ai pas hésité. C’est une Standard, marque dont on n’entend pratiquement plus parler aujourd’hui.

J’étais très fier de ma première bagnole, je la pomponnais tant que je pouvais !

Grise, avec les ailes et la capote noir, elle sortait de l’ordinaire. Malgré ses allures de bolide elle n’est pas très puissante, sauf erreur six chevaux. Mais quelle gueule… avec ses portières découpées elle fait vaguement penser à une MG !

C’est avec cette voiture que nous sommes partis, ta grand-maman et moi, à la découverte du "grand nord". De Pully, direction les Allemagnes, par Bâle, Mannheim, Heidelberg, Cologne, Amsterdam et retour par la France.

À Mannheim nous avons paumé notre belle voiture… Nous l’avions parquée dans le dans le parking surveillé d’une banque, c’était dans les années d’après-guerre et il valait mieux garder un œil sur sa voiture. Quand après une promenade à pied en ville, nous voulions rejoindre notre véhicule, nous ne retrouvions plus la banque où nous l’avions garée. À force de tourniquer, dans ce qui pour nous était une très grande ville, nous avions perdu l’orientation. Même l’agent de police auquel nous nous étions adressé ne pouvait pas nous aider, il y avait une demi douzaine de succursales de cette banque à Mannheim ! Finalement nous l’avons retrouvée, non sans avoir erré, le cœur noué, un sacré moment à travers les rues et ruelles qui nous semblaient de plus en plus hostiles. Depuis j’ai pris l’habitude de noter soigneusement l’adresse de l’endroit où je parquais mon véhicule dans une ville inconnue !

Heidelberg nous avait beaucoup impressionné, pas seulement par son vieux château en ruines ou l’énorme tonneau transformé en buvette, mais surtout parce qu’il n’y avait pas d’autres ruines. Notre périple à travers l’Allemagne se situe relativement peu de temps après la guerre et les blessures des grandes batailles et des bombardements étaient toujours visibles. Un habitant de la belle ville d’études qu’est Heidelberg, nous a dit : "Avant la guerre on venait à Heidelberg à cause des sa ruine (château) maintenant on y vient parce qu’il n’y a pas de ruines " ! bagnole 4

Effectivement, la région de Heidelberg avait échappé aux terribles bombardements américains. Ces derniers avaient prévu d’y établir un quartier général pour leurs forces armées. La destinée d’un pays et celle de milliers de gens peut parfois tenir à très peu de chose !

Cologne par contre, c’est précisément par ses ruines qu’elle nous a impressionnée. Rares étaient les maisons du centre-ville qui étaient encore debout. Je me souviens d’une rue commerçante, près de la gare et de la cathédrale; de chaque côté de belles vitrines, bien achalandées et derrière rien… sinon des tas de cailloux. Toute la vie se terrait sous les ruines. Les magasins, bistrots ou restaurants étaient sous terre. Impressionnant de voir les escaliers qui menaient sous les immeubles écroulés,  éclairés par des enseignes publicitaires pour un magasin, un bar ou une boîte de nuit !

La cathédrale, cruellement touchée, n’était que partiellement ouverte au public. Plus de la moitié était barricadé à cause du risque d’effondrement.

bagnole 5Depuis la grande citée, célèbre pour son eau (de Cologne) et sa bière, appelée ici "Kölsch", on est rapidement arrivé en Hollande. Une chose m’a immédiatement frappé dans ce pays, ce sont les grandes baies vitrée de la plupart des maison d’habitation. Tout d’abord nous avons pensé que tous les rez-de-chaussée étaient occupés par des fleuristes. Toutes ces grandes vitrines avec de magnifiques arrangements de fleurs et de plantes nous le laissait supposer. En réalité c’est tout simplement une coutume, un mode de vie. Les habitants cherchent à capter un maximum de lumière et de soleil pour leurs plantes et pour eux-mêmes. Ils ont moins de soleil que nous, qui habitons plus au sud.

À Amsterdam, où les nombreux canaux font penser à Venise, nous avons logé dans un hôtel situé au bord d’une de ces voies d’eau. C’était une maison typique pour cette ville, très étroite, je crois bien qu’elle mesurait à peine dix mètres de large. Un escalier, forcément très étroit menait aux étages. Impossible d’y faire passer de grands meubles, aussi le dernier étage est-il muni d’un palan pour hisser les meubles par l’extérieure. La porte de notre chambre n’avait ni clef ni verrou, aussi avons-nous poussé notre lit derrière la porte pour nous sentir un peu en sécurité.

Lors de notre arrivée à l’hôtel on nous a servi d’office une grande choppe de bière ! J’ai pensé qu’ils poussaient vraiment à la consommation, et je craignais pour nos finances ! Craintes vite dissipées, il s’agissait du verre de bienvenue, offert par le patron, pour nous rappeler que nous n’étions pas seulement au pays des tulipes et du fromage, mais aussi dans celui de la bière !

À propos de fromage, un saut à Alkmaar au marché aux fromages, a avantageusement remplacé la traditionnelle visite des champs de tulipes (c’en était d’ailleurs pas la saison). J’avais l’impression de me trouver dans un des célèbres tableaux de Breughel, parmi les boules rouges d’Edam, transportés sur d’espèces de brancards.

Après quelques jours dans la capitale nous avons rejoint le bord de la mer, Scheveningen, célèbre bagnole 2station balnéaire. Nous avons trouvé à nous loger chez l’habitant, pas trop cher, une gentille chambre pleine de bibelots. Le petit déjeuner nous a énormément plu, à part l’habituel beurre et confiture il y avait chaque matin un choix de fromages ainsi que du jambon et d’autres charcuteries. De quoi nous remplir la panse à la Gargantua et de faire l’économie du repas de midi… les propriétaires de la villa ou nous logions s’absentaient pendant la journée pour vaquer à leur travail. Toute la maison était à notre disposition ! Qui dit mieux question hospitalité ?

Sur la route du retour nous avons visité un petit bout de Bruxelles. Je me souviens seulement de la Grande Place et de l’hôtel de ville.

Nous sommes rentrés en Suisse par Vallorbe. Notre gentille bagnole s’est fort bien comportée, mis à part quelques gouttières qui se formaient quand il pleuvait. Mais nous étions équipés pour y parer, éponges et peaux de daim nous permettaient de rester au sec…

À quelques kilomètres de la frontière c’est la panne stupide. Un pneu plat. Pas grave tu dis, d’accord, mais c’est le deuxième pneu crevé de la journée et je n’avais pas fait réparer le premier ! Comme il n’y a qu’une roue de secours, nous voilà coincés. Nous nous trouvions en pleine forêt jurassienne, à la nuit tombante.

J’ai dû laisser ta future grand-maman seule dans la voiture et partir, la roue sous le bras, à la recherche d’une bonne âme qui veuille bien s’occuper de la réparation, un dimanche, pas évident ! Il faisait nuit noire, quand le mécano que j’avais finalement déniché, m’a ramené vers la voiture. Là, ta future grand-maman claquait des dents… mais pas de froid !

Ce fut notre voyage de noces avant l’heure !

bagnole 1 

Cette bonne vieille bagnole nous a encore mené dans bien des coins sympas de notre pays. Malgré son âge vénérable elle a franchi tous les hauts cols de nos montagnes sans rechigner, si ce n’est de temps en temps en exprimant son ras le bol en… fumant. Elle chauffait, plus précisément sa pompe à essence s’échauffait et la benzine s’évaporait avant d’arriver au carburateur. Alors, une rivière ou une fontaine nous offraient leur eau fraîche pour y tremper linges et éponges pour en faire une compresse calmante à l’engin récalcitrant.

Je l’ai lâchement abandonnée, ma première bagnole, malgré ses fidèles et loyaux services, je l’ai vendue pour m’acheter une… épouse, ta grand-maman et pour fonder une famille.

 

J’ai cherché dans le net si je retrouvais une consoeur de ma première bagnole, celle qui lui ressemble le plus serait cette Standard 8  Open Tourer 1939 :

 

Ich habe im Internet gesucht, ob ich eine Schwester meines ersten Autos finde,
ich habe dieses gefunden das ihr sehr ähnlich ist, ein Standard 8  Open Tourer 1939
 
Dans le texte allemand, ci-dessous j’ai ajouté quelques photos trouvés dans le net. 

 

Wo ist der Schalter um’s Verdeck zu schliessen ?

6 Comments

  1. Erwin
    Posted 28 mars 2010 at 15 h 11 min | Permalink | Répondre

    J’ai déplacé ce communtaire qui n’était pas à sa place dans mon "Livre d’or".il provient de : raymond gaspard hauser(Occupé)a écrit : Ta première auto ne fut que du BONHEUR,j’ai lu ton admirable texte!CLICK:lien sur:"http://embedr.com/swf/slider/sevran-pascal/425/520/default/false/std" Il y a 32 minutes | Supprimer

  2. Myrtillon
    Posted 29 mars 2010 at 5 h 48 min | Permalink | Répondre

    Tu es un narrateur né. Du coup j’ai lu tout ton texte sans m’arrêter. Bravo mon cher Erwin, car tu m’as remis en mémoire des histoires comme les tiennes.Merci encore ,….à grand-papa !!!

  3. Murielle
    Posted 29 mars 2010 at 13 h 57 min | Permalink | Répondre

    Bien ce billet déjà pour ta première bagnole interressant, et en plus pour raconter à tes petits enfants et on vois ton grand coeur, tu l’as vendue pour acheter une épouse lol, c’était trés agréable à lire, je te remercie et te souhaite mon scorpion préféré une bonne journée gros bisous

  4. Peter
    Posted 29 mars 2010 at 16 h 03 min | Permalink | Répondre

    chouette narration et belles cartes postales de tes vingt ans ..Belle voiture, tu as du en avoir des demoiselles pour la promenade dominicale / MDR/AMITIES / PETER

  5. Caroline
    Posted 30 mars 2010 at 22 h 33 min | Permalink | Répondre

    Bonsoir ou bonjour ErwinC’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu ce merveilleux souvenir de ta première voiture mon ami, et quel fabuleux voyage de découvertes… ! En fait, j’ai adoré tous les détails tels que tu les as décrits ici… Et tes anciennes photos scannées sont très réussies, et puis tu diras à Christiane que sur la 4ème photo je trouve qu’elle ressemble à l’une de ces Top-Modèles que l’on voit aujourd’hui auprès des voitures exposées, eh oui, une main sur la portière et les cheveux au vent, c’est tout à fait ça… Très jolie cette photo d’ailleurs… ! (Sourire)Erwin… Je vous souhaite une très bonne fin de semaine et de Joyeuses Fêtes de Pâques à tous les deux, mais aussi à toute ta petite famille… Gros bisous d’amitié… Caro

  6. Andrea
    Posted 31 mars 2010 at 18 h 06 min | Permalink | Répondre

    Merci Erwin d’être passé sur mon blog. Je me promène sur le tien et ai profité de ton histoire !Ah ! les vieilles voitures…Je suis allée en Suisse en 2 chevaux et bien dans les côtes les piétons nous dépassaient mais dans les descentes alors la quelle vitesse au moins du 80 à l’heure MDR !… Jusqu’au 110 quelquefois… de la folie !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :