Mes petits boulots


 
 

Vedredi le 9 Octobre 2009

Freitag, den 9. Oktober 2009

 

11 heures sur mon balcon il fait 6°

11 Uhr auf meinem Balkon hat es 6°

 

 

et voici le coup d’oeil par ma fenêtre :

und hier der Blick aus meinem Fenster :

 

Je constate ce 17 septembre que ce billet est un doublon

avec celui que j’ai fait le 19 janvier passé

quand je dis que Mr Alzheimer rode par là…  

 

Mes petits boulots

 Un de mes premiers petits boulots n’était en réalité pas un boulot, mais un moyen astucieux pour gagner quelques centimes :  j’étais mangeur d’insectes… mon frère Hubert, me payait si je mangeais de ces bestioles vivantes. Il avait établi un tarif : pour un moustique avalé je recevais un ou deux centimes, une mouche devait tourner autour des cinq centimes, venaient ensuite les petits vers et finalement les gros vers blancs qui rapportaient 50 centimes, une fortune…

                                                                       

Le plus grand de mes petits boulots fut celui de placeur au cinéma. Le cinéma n’était pas encore le gros truc qu’il est devenu aujourd’hui. À Sierre il n’y avait qu’une seule salle de cinéma, le Casino. On y donnait une seule séance par jour, deux le dimanche. Aller au ciné c’était un événement, presque une fête.

Il fallait économiser longtemps pour pouvoir y aller.

Aussi, quand j’ai pu dégoter le boulot de placeur au cinéma, le soir, après mon travail d’apprenti gratte-papier, il me semblait que chaque soir c’était la fête. Ma première récompense était de pouvoir regarder les films gratuitement. J’ai regardé certains films de fort nombreuses fois. Je me souviens de films tels que "L’éternel retour" de Jean Cocteau avec Jean Marrais, ou "Nous irons à Paris" avec l’orchestre Ray Ventura que j’ai bien vu une dizaine de fois !

                                                    

En rentrant à la maison, après la séance, je me prenais souvent pour le héros du film !  Les gens qui me croisaient dans la rue devaient se poser des questions en m’entendant déclamer des répliques du film. Je restais pris dans l’ambiance et l’action du film longtemps après que les projecteurs s’étaient éteints.

Une autre récompense, et pas la moindre, c’était de pouvoir placer les filles qui me plaisaient dans un coin discret où je pouvais les rejoindre, naturellement uniquement pour leur expliquer le film… Pendant l’entracte je vendais des bonbons, des chocolats et des ice-creams. Les rares pourboires étaient les bienvenus. À la fin du mois je touchais aussi un petit pécule me permettant de me joindre aux copains pour les sorties en bande.

Et encore, j’ai ramassé du surreau rouge des montagnes (Ce n’est pas le même que le noir, les baies sont en grappres-boules et elles restent rouges) j’en trouvais dès 1000m d’altitude, du côté de Brie, enm dfessous de Vercorin. Les grands bidons étaient relativem,ent vite remplis, mais il fallait ensuite les porter jusqu’à la maison ce qui n’était pas une mince affaire ! J’arrivais facilement à le vendre à des connaisseurs (souvent des suisses-allemands) bien des gens croient que ces baies au goût rebarbatif étaient du poison, en réalité c’est même une plante médicinale avec de nombreuses vertues.

J’ai frôlé la carrière de tennisman… j’étais ramasseur de balles ! 

J’ai joué le rôle de blessé ou de mort lors d’exercices et cours de samaritains.

J’ai été acquisiteur d’espaces publicitaires dans des programmes de manifestations sportives et je vendais des abonnements à divers journaux.

Tout cela naturellement après les heures de travail.

Ces petits boulots m’ont certainement permis d’apprendre à travailler. Ils m’ont appris un tas de trucs et m’ont rendu plus débrouillard, ce qui, plus tard m’a aidé et ouvert bien des portes… ! 

Ils m’ont aussi appris qu’il n’existait pas de sot métier, que chaque travail, chaque travailleur avait droit au respect.

Oui, j’ai souvent dit merci à mes petits boulots !    

Ils mênent à tout, les petits boulots… 

Images du net 


Meine kleinen Jobs

Einer meiner ersten kleinen Jobs war in Wirklichkeit kein Job sondern eine schlaue Idee um einige Rappen zu gewinnen :  Ich war Insektebschlucker… mein Bruder Hubert, bezahlte mich, wenn ich lebende Insekten ass. Er hatte ein Tarif azufgestellt : für eine geschluckte Mücke gab er mir einen oder zwei Rappen, eine Fliege musste schon um die 5 Rappen kreisen, folgten die kleinen Würmer und schlussendlich die scheusslichen grossen, weissen Würmer welche ganze 50 Rappen einbrachten, ein Vermögen…

                                                                       

Der grösste meiner kleinen Jobs war Platzanweiser im Kino. Das Kino wahr damals noch nicht das grosse Ding das es inzwischen geworden ist. Im kleinen Siders gab es nur ein Kino, das "Casino". Es gab nur eine Vorstellung, am Sonntag zwei. Ins Kino gehen war ein Ereignis, fast ein Fest.

Man musste sparen um es sich leisten zu können.

Auch, als ich die Nebenbeschäftigung eines Platzanweisers, am Abend, nach meiner Arbeit als Bürolehrling fand, wahr es für mich allabendlich ein Fest ! Meine erste Belohnung war dass ich alle Filme gratis sehen konnte. Viele Filme habe ich mir oft angesehen. Ich erinnere mich an "Die ewige Rückkehr" von de Jean Cocteau mit Jean Marrais, oder "Wir gehen nach Paris" mit dem Orchester  Ray Ventura  den ich sicher zehn Mal gesehen habe !

                                                    

Nach der Vorstellung, auf dem Heimweg, nahm ich mich oft für den Helden des Filmes !  Die Leute die mich auf der Strasse kreutzten mussten sich Fragen stellen, als sie mich Repliken aus dem Film deklamieren hörten. Lange nachdem der Projektor abgestellt war, blieb ich noch im Banne des Filmes. 

Eine weitere Belohnung, und nicht die geringeste, war, dass ich die schönen Kinobesucherinnen, die mir gefiehlen, in diskrete Ecken platzieren konnte wo ich sie später aufsuchte… natürliuch nur um ihnen den Film erklären zu können…  Während der Pause verkaufte ich Eiscrems, bonbons und Schokolade. Die kargen Trinkgelder waren natürlich willkommen. Am Monatsende kriegte ich einen kleinen Lohn der es mir erlaubte mich meinen Freunden anzuschliessen wenn irgend was gefeiert wurde. 

Noch etwas, ich habe roten Holunder, der in den Bergen ab 1000 Meter, wild wuchs, gepflückt und an Kenner verkauft. Die grossen Kessel waren verhältnismässig schnell gefüllt, nur mussten sie nachher heim getragen werden. Keine kleine Sache. Viele Leute glauben, dass der rote Holunder, mit den säuerlich schmeckenden Beeren giftig sei, in wirklichkeit ist dies aber gar nicht der Fall. 

Um ein Haar währe ich ein grosser Tennisspieler gewordsn… ich war Balljunge ! 

Ich habe auch die Rolle eines Verletzten oder eines Toten gespielt anlässlich der Übiungen des Samaritervereins.

Dann habe ich Reklame verkauft für verschieden Sportprogramme und auch Abonnenten für Zeitungen und Magazine gesucht

All dies natürlich nach meiner normalen Arbeit. 

Diese kleinen Jobs haben mich gelernt wie man arbeitet. Sie haben mir erlaubt die Kniffe und Tricks zu erlernen die mich pfiffig machten, was mir später manche Türe geöffnet hat… ! 

Sie haben mir auch gezeigt, dass es keine dumme Berufe gibt, dass jede Arbeit, jeder Arbeiter respektiert werden soll.

Ja, später habe ich noch oft meinen kleinen Jobs danke gesagt !    

Kleine Jobs führen zu allem…  

Bilder aus dem Net 

4 Comments

  1. Ratatouille
    Posted 17 octobre 2009 at 2 h 34 min | Permalink | Répondre

    Ils m’ont aussi appris qu’il n’existait pas de sot métier, que chaque travail, chaque travailleur avait droit au respect. Cela, c’est bien vrai.La chute est excellente. En somme, un complément du film sortant actuellement sur les écrans des aventures du petit Nicolas…..

  2. Murielle
    Posted 18 octobre 2009 at 10 h 56 min | Permalink | Répondre

    Trés bien ton billet, c’est vrai pas de sot métier ou sous métier, mais manger des insectes, c’est fort quand même enfin pas on goût lol, je te souhaite un trés bon dimanche gros bisous Mumu

  3. Ggo
    Posted 18 octobre 2009 at 14 h 54 min | Permalink | Répondre

    … Me voilà … pour te dire bonjour … Erwin …… Il n’y a pas de sot métier … c’est bien vrai …… Il est cependant nécessaire de bien choisir son chemin … son vrai chemin …… Pour un avenir positif …… Sympa ton exposé … (c’est une expérience) …… Une expérience à prendre et à appliquer … dans une nouvelle génération …… Amitié … Erwin … et à bientôt …… Ggo …

  4. Nanou
    Posted 8 novembre 2009 at 15 h 27 min | Permalink | Répondre

    je me demande… si… p’tit Nicolas a mangé des insectes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :