La hotte au dos


 

 

Mercredi le 25 Juin 2008

10h43 température sur mon balcon 22°

Coup d’œil par ma fenêtre

25.06.08. 10h40 

 

Ça c’est passé un 25 Juin  :

 

 

La citation stupide du jour


2001   "Je ne savais pas que nous avions tant d’armes… pourquoi en avons nous besoin ?"(George W Bush)
Commentaire : il faut peut-être demander aux afghans et aux iraquiens

Je savais qu’il lui manquait une vis, même plusieurs, mais d’ici à ça…

Clique sur  366 jours pour visiter le site qui me donne toutes ces informations. 

 

 

Encore un extrait de mon "Raconte Grand-papa, raconte…"  :

 

La hotte au dos

 

À la fin de mon école primaire je voulais faire un apprentissage de cuisinier. Je ne sais pour quelle raison, mais ce métier m’attirait. C’est peut-être parce que j’en avais entendu parler avec enthousiasme par des connaissances de mes parents ?  Après-coup, je crois que c’est certainement en pensant aux voyages que ce métier me permettra de faire que je l’ai choisi. Travailler sur de grands paquebots… dans des hôtels luxueux… vivre dans des pays lointains, exotiques… 

Je pouvais faire un apprentissage de cuisinier dans un hôtel de Sierre, l’hôtel Bellevue, (qui n’existe plus aujourd’hui, ils en ont fait l’Hôtel de Ville!) à condition que d’abord je fasse le porteur de pain à la boulangerie  d’un des patrons de cet hôtel.

À l’époque c’était assez courant de se faire livrer le pain et le lait à domicile.

C’était donc décidé : je serais porteur de pain !  

La boulangerie m’avait équipé d’un vélo. Oh !  pas d’un vélo de course, non, c’était un vélo militaire. Il était grand, il était lourd et il n’avait pas de changement de vitesses, sauf erreur. Sur mon dos, une énorme hotte, presque plus grande que moi et très lourde. Chaque jour je faisais la tournée des clients pour livrer, à qui une livre ou un kilo de pain blanc, noir ou de seigle, à qui de belles tresses croustillantes ou encore de bonnes pâtisseries.

Comme presque tous les commerces, mon patron avait un cheval pour effectuer les grandes livraisons et pour chercher de la marchandise à la gare. Lorsque le cheval trottinait à travers Sierre, tirant le char chargé de grandes corbeilles en osier avec le pain tout frais sorti du four, une bien bonne odeur flottait tout autour ! 

Quand le cheval était à l’écurie j’allais souvent lui dire bonjour. Je lui apportais une friandise : il adorait les pommes et les carottes. Souvent j’étais assis sur sa mangeoire et je lui racontais des histoires. Je suis sûre qu’il les comprenait. En tous cas ses grands yeux noirs semblaient en redemander et ses oreilles pointues applaudissaient !

De temps en temps je pouvais aider les boulangers au laboratoire. J’aimais bien. Avec une grande palette en bois je sortais les pains du four. Je les mettais dans les paniers en osier que je traînais jusqu’au magasin, qui jouxtait le laboratoire, où je les empilais sur les rayonnages prévues à cet effet. 

En été, quand il fait beau, le travail de porteur de pain était assez agréable. C’était une tout autre paire de manches, en hiver et par mauvais temps !  Une grande pélerine n’arrivait que partiellement à me protéger des bourrasques de la tempête. J’ai dû apprendre à rouler dans la neige, avec mon lourd chargement sur le dos. J’ai fait plus d’un vol plané dans la "papotche" de neige avec les pains qui s’éparpillaient tout autour de moi !  Heureusement, en général le pain était chaud et séchait de ce fait rapidement, le client n’y voyait que du feu.

Parmi les bons souvenirs de mon époque de porteur de pain, il y a les biscuits cassés et les pâtisseries un peu trop vieilles que j’avais le droit de manger. Une pièce à la crème coûtait alors 20 centimes et une pièce sèche 10 centimes !

C’est ainsi que je continuais mon apprentissage de la vie, c’était pas toujours facile, mais les moments agréables m’ont toujours permis d’oublier les instants pénibles…   

 

pain-pom

 

En encore une pour prolonger ton sourire…

Un jour de violent orage, une femme autoritaire apostrophe son mari :
– Cela fait 3 fois que je te demande d’aller acheter du pain !!!!
– Mais, chérie … il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors !!!
– Eh alors !! est-ce que je t’ai demandé d’emmener le chien ?? !!

3 Comments

  1. décorations
    Posted 25 juin 2008 at 14 h 31 min | Permalink | Répondre

    Et on payait avec les centimes rouges…

  2. monika
    Posted 25 juin 2008 at 23 h 43 min | Permalink | Répondre

    Lieber Erwin, hin und wieder mal was in Deutsch, ist schoen. Mein Franzoesisch ist fast nichts wert. Ich finde immer noch dein Foto mit der Temperatur angabe absolute fatastisch.

  3. raymond
    Posted 27 juin 2008 at 12 h 15 min | Permalink | Répondre

    Cher ami ERWIN,quelle joie de revoir un ami apres 3 semaines d’absence.Tu peus aller directement dans mon blog ERWIN en cliquant en haut et sur la gauche sur blog,amis,photos etc…Ainsi, cela t’évite de passer par les vidéos que de nombreusese personnes n’ont demandé.Avec plaisir,je reviens dans ton excellent blog.Je vois que tu as cherché d’apres ce que je crois comprendre à etre cuisinier.Excellent métier de nos jour.Toi qui a surement beaucoup voyagé,à tu connu dans le Doubs 25 France;le Restaurant des Sources du Lison et Hotel tenu à l’époque par Mr Paul Finel?Lui aussi quand j’était tres tres jeune souhaitait m’apprendre la cuisine.Un excellent chef qui fut le cuisinier personnel de gens tres connu.Il disposait d’un élevage de truites, déja à l’époque chez lui.Je ne te parle pas des truites aux amandes,au bleu et poelées.Super cuisinier qui voyait des gens de tous les pays venir dans sa petite et belle augerge de tous les pays.La dernière fois que j’y suis passé,l’endroit est occupé par un Club de canoé et cayak.Merveilleux souvenirs.La cuisine développe beaucoup de métier.Seule la TVA imposée par BRUXELLE,tue l’emploi dans cette profession que je connais bien.
    Bien que la profession redresse la tete et de plus en plus de jeunes sont demandé.Cependant passer la TVA de 19,5% à 5,5% favoriserait un emploi plus massif de jeunes.
    Ce n’est pas les seniors qu’il faut faire travailler MAIS LES JEUNES!
    Les seniors font suffisemment fonctionner le commerce et l’industrie,place aux jeunes!
    ERWIN,je suis enchanté d’avoir un internaute comme toi;qui s’exprime:c’est bien et humain.
    Bon week-end ERWIN,je suis de retour et nous allons pouvoir échanger nos points de vue.Au revoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :