Chez l’ouvrier joyeux


Dimanche le 1. Juin 2008

Sonntag, den 1. Juni 2008

température sur mon balcon à 9h48 : 17°

Temperatur auf meinem Balkon um

 

08.06.01. 9h30

  Coup d’œil par ma fenêtre à 9h30

Blick aus meinem Fenster um 9h30

 

 

Ça c’est passé un 1. Juin  :

Es geschah an einem 1. Juni :

2000   Fabrice Gouillard, pâtissier de l’Intermarché d’Hazebrouck, Nord France, annonce qu’ il est licencié pour avoir fait deux fautes d’ orthographe sur un gâteau. Sa lettre de licenciement comportait, elle, trois fautes d’ orthographe ! Sans commentaire !

Ben si, moi j’ ajouterais un de commentaire. Si ça continue comme c’ est parti, le jour n’ est pas loin, où l’ on ne trouvera plus personne pour se rendre compte qu’ il y a une faute d’ orthographe. Et c’ est bien dommage ! Je ne veux toutefois pas dire que j’ approuve ce licenciement.

 

2000   Fabrice Gouillard, Konditor im "Intermarché" von Hazebrouck, Nordfrankreich, erzählt, dass ihm seine Stellung gekündigt wurde, weil er auf einer Torte zwei Orthographische Fehler gemacht hat. Das Kündigungsschreiben, dass er erhielt, hatte drei Fehler. Ohne Kommentar !

Aber ich mache einen Kommentar. Wenn’s so weiter geht, ist der Tag nicht mehr fern, wo man niemand mehr finden wird der merkt dass es Schreibfehlr hat. Und das ist schade ! Das will aber nicht heissen, dass ich diese Kündigung billige.

 

Clique sur 366 jours pour visiter le site qui me donne toutes ces informations.
Drücke auf 366 jours um die Site zu besuchen die mir all diese Infosrmationen gibt.   

 

Et je continue mes souvenirs de Pannonia

 

"Chez l’ouvrier joyeux"

APETLON MAISON BAROQUE

Nous voici dans un autre village du "Seewinkel", Apetlon. Tu vois cette maison à la façade peinte en bleu, c’est une construction typique pour la Pannonie, avec son fronton baroque. Elles disparaissent de plus en plus pour faire place à des villas plus conventionnelles, plus pratiques. Je pense que cette maison avec son nid de cigognes doit être une des constructions la plus photographiée de la région.

Laissons la voiture à l’ombre de ce tilleul et parcourons les ruelles de ce village paysan et vigneron en usant un peu les semelles de nos chaussures.

Tu te demandes sûrement à quoi servent ces espèces de cages à grillage en bois, recouverts d’un mini-toit, qui se  dressent devant ou à côté de presque chaque maison. Regarde, approche toi, ces épis te mettent sur la piste, ce sont des “ silos à maïs ” d’une autre époque, aujourd’hui souvent utilisé pour sécher le bois de chauffage.

Chez-nous, si tu traverses un village paysan, tu peux admirer devant chaque ferme un magnifique tas de fumier, ici rien de tel, ces monticules parfumés sont cachés à l’abri des murs d’enceinte. Rares sont les paysans qui tiennent des vaches, par contre tous ont un ou plusieurs porcs, souvent quelques moutons, mais toujours une belle basse-cour. Poules, dindes, canards et oies tiennent compagnie à la fierté du paysan, son cheval. Il est astreint au labeur dans les champs que très rarement, le tracteur l’y a remplacé, comme partout, mais pour la promenade du dimanche et les chevauchées à travers la Puszta il est souvent préféré à la voiture.

Voici la mare aux canards, presque aussi célèbre que la maison baroque que nous venons d’admirer. Les canards que tu vois barboter dans le petit lac sont la propriété des paysans du village. Ils les amènent en "villégiature" le matin et les ramènent à la maison le soir venu. Une passerelle permet d’atteindre une petite île où un banc invite à la méditation. La place de jeux toute proche complète l’aménagement de ce coin voué aux loisirs, ou il fait bon regarder et écouter, passer le temps.

 Allons nous désaltérer à la pinte du village, qui porte une enseigne plus que drôle “ Au joyeux ouvrier ”. Dès notre première visite ce café nous a été sympathique. Traversons le local au plancher de bois rugueux et ressortons de l’autre côté, dans la belle cour ombragée. Sous une pergola de vigne, des tables et bancs attendent les visiteurs assoiffés. Sur cette photo tu me vois (en shorts) avec Christiane et deux de mes frères, Max (à mes côtés – malheureusement décédé depuis) et Hubert, l’ amateur de bières.

FRÖHLICHE ARBEITER

En dégustant l’excellent Neuburger du patron je me mets à rêver… Rêver à un plat de citrouille que j’ai goûté pour la première fois ici même. Indécis de ce que nous voulions manger le patron nous avait suggéré, presque en s’excusant de la simplicité du repas proposé ; une purée de citrouille avec de la cochonnaille. Il lui en restait d’un repas de noces de la veille, plat traditionnellement servi aux mariages dans ce village. Avec quelque appréhension nous nous sommes aventurés à y goûter. Grand bien nous fit, nous avons découvert une fois de plus, que les choses les plus simples sont souvent parmi les meilleures.

 

Fortsetzung meiner Erinnerungen von Pannonia

Zum "Fröhlichen Arbeiter"

Ein anderes Dorf des Seewinkels empfängt uns, wir sind in Apetlon Schau dieses Häuschen mit der blauen Fassade, das war seinerzeit eine fürs Burgenland typische Bauart, im Barockstil. Sie verschwindet immer mehr und macht konventionelleren, praktischeren, Bauten Platz. Ich glaube, dass dieses Haus, mit seinem Storchennest, eines der meistfotografierten Sujets dieser Gegend ist.

Lassen wir das Auto im Schatten dieser Linde stehen und gehen wir zu Fuss in die lauschigen Gassen dieses Winzer und Bauerndorfes.

Du stellst Dir sicher die Frage, zu was die komischen Holzgitter Baracken, die vor fast jedem Haus stehen, wohl dienen können ? Schau, komm näher, diese Maiskolben werden Dich auf die Spur führen. Es sind Silos einer anderen Epoche, Mais Silos, heute werden sie oft zur Aufbewahrung von Brennholz benützt.

Wenn man bei uns durch ein Bauerndorf geht kann man vor jedem Hof einen wunderbaren Misthaufen bewundern. Hier ist dem nicht so, die parfümierten Hügel sind hinter der Einfriedungs Mauer versteckt. Es gibt nicht mehr viele Bauern die Kühe halten, fast jeder zieht aber ein, oder mehrere Schweine auf, oft auch einige

Schafe, immer haben sie aber einen schönen Hühnerhof. Enten, Gänse, Hühner, und Puten halten meistens dem Stolz des Bauern, dem Pferd, Gesellschaft. Es wird nur noch wenig zur Arbeit auf dem Felde benützt, der Traktor hat es verdrängt, gerne wird am Sonntag, hoch zu Ross ein Ausflug unternommen.

Kehren wir in der Dorfkneipe ein, hat sie nicht einen ulkigen Namen, „Zum fröhlichen Arbeiter“. Schon bei unserem ersten Besuch hatte es uns dieses Lokal angetan. Durchqueren wir die Wirtschaft mit dem rauhen Holzboden, und gehen wir in den Innenhof wo eine schöne Pergola auf durstige Gäste wartet.

Auf obigem Bild siehst Du mich (im Short) mit Christiane und zwei meiner Brüder, Max (neben mir – er ist seither leider gestorben) und Hubert, der Biertrinker.

Beim Kosten des wunderbaren Neuburgers fange ich an zu träumen…. Träumen von einem Kürbisgericht das ich hier zum ersten Mal gekostet habe. Als wir nicht wussten was bestellen, hatte uns der Wirt, etwas verlegen, das einfache Essen vorgeschlagen. Mit einigen Befürchtungen hatten wir uns entschlossen es zu versuchen. Wie Recht hatten wir doch, einmal mehr konnte ich feststellen, dass die einfachsten Dinge oft zu den besten zählen !

 

 

CHAPERON ROUGE

Rotkäppchen und der Wolf !

Chaperon rouge et le loup !

3 Comments

  1. Aschi
    Posted 1 juin 2008 at 12 h 29 min | Permalink | Répondre

    Bonjour Erwin
    Quel plaisir de lire tes souvenirs!
    Amitiés
    Aschi

  2. cath
    Posted 1 juin 2008 at 14 h 36 min | Permalink | Répondre

    c’est beau ce que tu fais!!!
    on peut le dire aussi? non? il y a tant de choses moches…….

  3. PATI
    Posted 2 juin 2008 at 12 h 06 min | Permalink | Répondre

    Oui, ton espace me plait beaucoup ++++++++++
    Pati

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :