Le début de la solution finale


           

  Dimanche le 16 Mars 2008

température sur mon balcon à 10 heures : 11°

 

  16.03.08.9h30

Coup d’œil par ma fenêtre à 9h30 

   

Ça c’est passé un 16 Mars  :

 

1935   En violation du traité de Versailles, Hitler rétablit dans l’indifférence politique européenne le service militaire. Arrêté à ce moment là, l’Allemagne n’était pas encore dangereuse car non entraînée. L’attentisme des dirigeants européens ont peut-être encouragé Hitler à continuer et à déclencher la deuxième guerre mondiale.

Eh oui, avec des si… si le monde politique et le monde religieux avait eu, à ce moment là, assez de poils où je pense, le fascisme n’aurait pas pu "en toute légalité" assassiner 20 millions d’êtres humains ! 

Notre jeunesse ne sait pas trop de quoi elle parle quand elle évoque le fascisme. Ils reprennent des slogans, qu’on leur présente sous le couvert de patriotisme, sans savoir les dangers qui se camouflent derrière ces belles phrases. Tu dis que ce sont des groupuscules, qu’ils ne comptent pas… Tu crois… Écoute un peu ce que l’histoire récente nous a appris, voici un extrait que j’ai emprunté à http://www.lescamps.org/interest.htm  :  

  TEXTE

Après la guerre, des petits groupes d’extrême droite se développent en Allemagne. En 1920, Adolf Hitler dirige le NSDAP, un groupuscule d’extrémistes racistes. En 1923, il tente un coup d’état avec ses chemises brunes, les SA, organisées sur le modèle militaire. Envoyé en prison, il écrit "Mein Kampf", ( Mon Combat, en français ), où sont énoncées ses "idées".

Libéré en 1929, il décide de prendre légalement le pouvoir, et va participer à toutes les élections. Il crée sa garde personnelle : les SS  Profitant de la crise économique, du grand nombre de chômeurs, de la peur du communisme, il arrive au pouvoir en 1933. Il prétend posséder un destin exceptionnel et se prend pour le sauveur de l’Allemagne mais ce n’est qu’un être commun qui a seulement su profiter des circonstances et de ses talents de comédien et d’orateur. Etai-ce aussi une part de son talent de comédien ou bien la religion catholique faisait-elle partie de ses plans ?

Pour les nazis, les allemands font partie da la race supérieure des "Aryens". Ils doivent éliminer les "juifs", race inférieure, ainsi que la démocratie et le communisme. Les nazis voudraient rassembler tous les peuples de "race allemande" et s’approprier les territoires de l’Est pou élargir leur espace vital : le "Lebensraum". Le NSDAP est natinaliste, raciste et antisémite, il hait les communistes et les "juifs" qui détruisent l’Allemagne.

Les SS et la Gestapo (police politique) ont tous les droits sur les opposants au régime nazi : dès la prise du pouvoir, un certain nombre est arrêté, battu par les SA puis enfermé dans les premiers camps sauvages. En mars 1933, un mois seulement après l’arrivée de Hitler au pouvoir, le camp de Dachau est ouvert. Il servira ensuite de modèle au système concentrationnaire nazi. On y enferme au début les ennemis politiques tels que les communistes. L’Allemagne devient un état policier où penser est dangereux. 

Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier du Reich par Hindenburg, le président de la République, ancien militaire de la Première Guerre Mondiale. Le 23 mars, il a les pleins pouvoirs. A la mort d’Hindenburg (1934), il se fait nommer Reichsführer. L’état nazi utilise la propagande et la censure contre les opposants et contre les Juifs. En 1933 les nazis  ordonnent le boycott des magasins juifs. En 1935, ils écrivent les lois de Nuremberg limitant les droits des juifs. ces lois font de l’Allemagne un état raciste et antisémite. En 1938 lors de la Nuit de Cristal, beaucoup de synagogues sont détruites et des milliers de juifs sont arrêtés. La population est embrigadée dès son plus jeune âge, les enfants sont dans des Jeunesses Hitleriennes : ils apprennent l’antisémitisme, le racisme mais aussi l’adoration à Hitler et le maniement des armes, dans le but de guerres futures. L’Allemagne est un état totalitaire dont la devise est : Ein Volk – Ein Reich – Ein Führer.  Il savait, lui aussi, que c’est par la jeunesse qu’il pouvait arriver à ses buts !  

Dans un premier temps, les opposants politiques sont internés dans des camps qui ont pour but la "rééducation". Les camps deviennent ensuite, surtout avec la guerre, des ensembles industriels où la main d’oeuvre est exploitée jusqu’à la mort. Les premiers camps sont improvisés par les nazis dès les premiers jours de la prise du pouvoir par Hitler; c’est pourquoi on les appelle les camps sauvages: tout endroit retiré et clos peut servir de camp (des caves, des bateaux…). Le but est de neutraliser immédiatement les opposants potentiels au régime. L’encadrement est généralement assuré par les SA, mais les SS ou des détachements de police peuvent également être les gardiens. Les camps ont donc le soutien de l’autorité nazie. En mars 1933 le système s’organise un peu avec la construction du camp de Dachau. Les condition de vie sont pénibles, le travail forcé est épuisant, la nourriture est de faible quantité et les gardiens persécutent les prisonniers, surtout les prisonniers "juifs". Mais en comparaison avec la suite, les meurtres sont peu nombreux, même si l’arbitraire existe, et les familles peuvent éventuellement rendre visite aux détenus. Dans le but de la rééducation, le camp possède une bibliothèque où se trouvent les ouvrages nazis, comme "Mein Kampf". A la fin de l’année 1933, des "associaux" et des criminels se trouvent enfermés à leur tour.  Déjà en 1933 sa garde personnelle, les fameux SS l’acompagnaient par tout. 

A partir de mai 1934, la Gestapo devient la seule organisation à décider de la détention préventive. Le nombre de détenus augmente (les homosexuels, par exemple, sont à leur tour victimes du nazisme), le nombre des gardiens également : il y a environ 4300 prisonniers et 3400 gardiens. La torture est de plus en plus pratiquée, la mortalité est plus importante. A partir de 1936 d’autres camps sont ouverts (Sachsenhausen, Buchenwald, Flossenbürg, Mauthausen, Neuengamme, Ravensbrück) 

Les camps deviennent étendus et les SS possèdent leur propres casernes. Ces camps sont construits à proximité des entreprises SS. Les nazis associent sécurité et intérêts économiques. Les détenus portent la tenue rayée, ils ont un matricule. Un triangle de couleur cousu sur la veste indique la cause de leur internement : rouge pour les politiques, vert pour les droits commun, noir pour les associaux…

La composition des détenus se diversifie : les criminels ou les voleurs s’y retrouvent plus souvent ; les Tziganes, accusés d’être paresseux, sont souvent internés, et surtout, avec les annexions, en 1938, des autrichiens et des tchèques sont détenus, ce qui permet d’augmenter la main d’oeuvre pour les entreprises. Avec l’arrivée des criminels, les SS parviennent à dresser les détenus les uns contre les autres (politiques contre droits commun) et en particulier contre les "juifs", plutôt nombreux après la Nuit de Cristal. Prends garde, un hystérique n’est jamais de bon conseil !

Avec la guerre mondiale, la population des déportés s’internationalise (détenus français, belges, polonais, hollandais, soviétiques…), et les conditions de survie dans les camps se dégradent : les déportés sont de la main d’oeuvre d’esclaves qu’il ne s’agit pas de maintenir en vie.

Après les interrogatoires et un séjour plus ou moins long en prison, les déportés étaient transportés dans des wagons à bestiaux prévus pour 40 où ils étaient parfois jusqu’à 100. Il y avait peu d’air, les détenus se bagarraient pour en avoir un peu. Ils étaient debout, fatigués. Il n’y avait qu’un petit seau pour les excréments qui était vite rempli. Il y avait des morts sur lesquels les détenus marchaient.

A leur arrivée, les SS les accueillaient à coups de gummis. Les détenus étaient débarassés de toutes leurs affaires, déshabillés, rasés sur tout le corps, douchés, habillés de guenilles sales et rapiécées qui avaient appartenues à d’autres détenus avant eux, ou qui appartenaient à des déportés qui avaient été gazés à Auschwitz, Majdanek ou dans les centres d’extermination.

Les camps de concentration étaient entourés de 2 lignes de barbelés : une ligne sans électricité et une ligne dans laquelle passaient 20 000 volts. A l’intérieur il y avait une ligne peinte que les déportés n’avaient pas le droit de franchir sous peine d’être tués par les SS sur les miradors. Les camps étaient éclairés la nuit par des projecteurs de sorte qu’aucun endroit n’était dans l’ombre. "Le travail rend libre" prônait ironiquement à l’entrée des camps de concentration.  

Il existait différents statuts des détenus mais avec la guerre la population des camps de concentration s’est internationalisée : des français, des polonais, des soviétiques … Les détenus ont un numéro de matricule et un triangle qu’ils portent sur leur tenue : les détenus n’ont plus de noms, plus d’identité ce ne sont plus que des numéros les SS parlent d’eux en disant "Das Stuck" (Le morceau).

TEXTELes SS entraient peu dans les camps, c’étaient donc les détenus privilégiés qui gardaient les autres détenus : ces gardes s’appelaient des Kapos. Ils étaient mieux traités que les autres et étaient complices des SS pour maltraiter et tuer les détenus.

Les détenus étaient réveillés environ à 4 heures du matin. Ils allaient ensuite "déjeuner" puis il y avait l’appel et les détenus partaient au travail. Le travail est extrèmement pénible et meurtrier. L’Allemagne, pour gagner la guerre, doit fabriquer toujours plus d’armes, erlle a besoin d’une quantité importante de main d’oeuvre. Les usines, telles que IG Farben, BMW, Heinkel… puisent largement dans les déportés pour augmenter les productions. Si les détenus ne travaillent pas assez vite ils sont aussitôt roués de coups par les Kapos, par les SS, souvent jusqu’à la mort. Les détenus sont utilisés jusqu’à leurs dernières forces: le but des camps c’est d’abord l’extermination par le travail, même si les déportés rapportent de l’argent aux SS, car ils sont loués aux entreprises. L’histoire ne dit pas par quel employeur étaient sponsorisés ces dortoirs…  

A midi ils recoivent de la "soupe" et reprennent le travail. Après une longue journée les détenus retournent au camp. L’appel du soir est interminable et peut durer plusieurs heures. Après une "soupe" ils peuvent enfin dormir si le Kapo n’a pas décidé de leur faire faire des exercices.

Les déportés mangent très peu. Les SS n’ont pas l’intention de maintenir en vie leurs esclaves. Il suffit de les nourrir au minimum afin qu’ils puissent travailler. C’est pourquoi les déportés ne sont jamais bien portants, en plus les conditions d’hygiènes sont lamentables, ils sont toujours frappés par les maladies (typhus, dysenterie…). 

Les nazis pratiquent l’euthanasie en 1940 et 1941, en Allemagne, plus de 100 000 aliénés, soit 1/3 des pensionnaires des asiles allemands sont exterminés par les médecins SS parce que les nazis trouvent qu’ils sont inutiles et coûtent de l’argent au Reich.

Les nazis ont fait de nombreuses expériences dites "médicales" dans les camps de concentration, sur des déportés : sur l’altitude, l’eau de mer, le froid, les injections d’air, la stérilisation, les maladies infectieuses, les poisons, les gaz de combat, les sulfamides ; sur les "juifs" ou autres déportés. A Auschwitz les médecins SS font des expériences sur les jumeaux, sur les femmes enceintes … Les expériences laissent des traces physiques mais aussi morales aux "cobayes".

Dans les camps, à l’infirmerie, on supprime aussi les malades. Les médecins SS choisissent un certain nombre de malades suivant leur état. Ils sont ensuite tués : soit piqués à l’acide phénique soit gazés. Là où les vrais médecins réconfortent, les médecins SS, envoient à la mort. Photo prise depuis le sommet d’un des miradors, de Buchenwald, sauf erreure.

Certains nazis se firent des abat-jour, des lampes de chevet, des collections de têtes réduites , avec les organes, la peau des "juifs" ou autres déportés morts. Personne n’a le droit de traiter un être humain comme de la matière première.

L’Allemagne perd la guerre. Les SS s’enfuient, dans certains cas, abandonnant les déportés à leur sort, mais non sans avoir massacré une partie d’entre eux :

 Mais dans certains cas, les SS tentent de détruire les preuves et déplacent les prisonniers vers d’autres camps : ce sont les longues marches de la mort.

Si tu veux lire ce texte in-extenso, voici son adresse : 

http://www.lescamps.org/interest.htm

Et voici un texte qui complète bien ce que je dis : 

http://demainlegransoir.free.fr/spip.php?article70

Pour finir, une liste des camps de concentration nazi:

http://www.lescamps.org/nouvelle.htm#AUSCHWITZ

 

Restons vigilants ! Dans tous les pays des groupuscules, sois disant inoffensifs, tentent d’attirer la jeunesse avec les mêmes idées, les mêmes slogans que ceux qui ont fait recette en son temps !

Ce sont des slogans populistes, mensongers, qui entraînent nos jeunes insensiblement sur une voie raciste.

Quoi de plus inoffensif qu’un gentil petit mouton blanc qui se débarrasse du vilain mouton noir…  

           

                    nazi suisse 2000     mouton noir     fours crématoirs

 Chez nous, en Suisse ATTENTION !      Veillons à ce que ça ne finisse pas ainsi…

 

Je n’ose presque pas ajouter la rigolade traditionelle… la voici quand même :

travail-liberte 

2 Comments

  1. Aschi
    Posted 16 mars 2008 at 17 h 58 min | Permalink | Répondre

    Bonsoir Erwin
    Merci de nous rappeler ces événements. Si certains l’oublient, c’est resté dans ma mémoire comme le pire crime commis par l’humanité. Mais j’ai de la peine à comprendre, comment  Hitler et ses acolytes savaient entraîner le peuple allemand dans d’affreux carnages pour anéantir 20 millions d’êtres humains ! Le monde politique et religieux n’avait pas eu, à ce moment là, assez de poils au cul !
     
    Bonne soirée
    Aschi

  2. raymond
    Posted 17 mars 2008 at 18 h 27 min | Permalink | Répondre

    Bonsoir cher ERWIN,ça c’est passé un 16 Mars,j’ai lu ton texte historique.OUI,incroyable fut cette période:COMMENT en EST-ON ARRIVEE LA?Le mystère sera toujours car il est vrais que la plupart des Grandes Puissances n’ont pas bougé le petit doigt:POURQUOI?Comment cet obscure peintre,ce demi clochard pour ses débuts deviendra l’homme qui mettra l’EUROPE et le monde à feu et à sang?Déja en 1914,à l’annonce de la Première Guerre Mondiale,HITLER pleurait de joie à l’idée de partir au feu et au combat.Ses autres amis soldats avaient peur de lui,tellement il paraissait surexité devant cette guerre qui allait commencer.Un autre homme GOERING va se couvrir de gloire dans l’aviation.Hitler l’avait déja remarqué en 14-18.L’histoire de HITLER commence là en 14-18.Blessé au front,décoré,soigné il deviendra ensuite un fauve guettant chaque occasion pour se mettre en valeur et grimper dans la hiérarchie humaine.J’ai déja lu plusieurs fois son livre:MON COMBAT en langue française.OUI,INCROYABLE et TROUBLANTE fut l’histoire de cet homme.MERCI ERWIN de NOUS FAIRE PENSER QUE CE GENRE de personnage puisse encore sommeiller,au sein meme de nos Sociétés qui sont de nos jours plus évoluées.Il est vrais que l’idéologie de HITLER a pu ou peu encore enflammer certains esprits.MAIS POURQUOI CELA?
    J’aimerais bien le savoir?Cette guerre mondiale a fait 50 000 000 de victimes dans le monde.Je crois que c’est le chiffre exacte.Rien ne vaut sur terre les mécanismes de DEMOCRATIE.MAIS ENCORE FAUT-IL SAVOIR S’EN SERVIR BIEN.TU SAIS ERWIN,TOUT CA C’ETAIT HIER:63 ans depuis la fin de la GUERRE MONDIALE.HITLER posera toujours un mécanisme de conscience et d’interrogation pour des générations entière et pendant longtemps.Mais il faudrait se sortir du personnage pour FAIRE AVANCER L’AVENIR.BONSOIR ERWIN et MERCI pour ce cours d’histoire.Beaucoup de politiques ne furent pas à la hauteur,voila mon avis.Au revoir et à+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :