Giuseppe Verdi


 

Dimanche le 27 Janvier 2008

température sur mon balcon à 9h45 : – 1°

 

27.01.08. 9h45 

Coup d’œil par ma fenêtre à 9h45

 

 

Ça c’est passé un 27 Janvier  :

 

1901   décés de Giuseppe Verdi, compositeur, parlementaire, fondateur d’une maison de retraite pour vieux musiciens.

Connais-tu le côté social et révolutionnaire de Verdi ?  

  

1919    L’usine de munition d’Andre Citroën se reconverti dans la construction automobile.

Je suis surpris d’apprendre que la bagnole rapportait plus que la guerre… 

 

1945   Libération par les russes du camps d’Auschwitz.

Ne l’oublie jamais !  

 

Si tu regardes les vidéos, ferme d’abord la musique de mon lecteur Windows

tu éviteras ainsi la cacaphonie… 

 

                              

              Extrait de la Traviata                              Extrait – va pensiero – de Nabucco

Giuseppe Verdi

La grande musique, celle avec un grand "M" ce n’est pas mon fort,malheureusement, mais j’ai quand même quelques petites connaissances. Ainsi, parmi les opéras, c’est "La Traviata" de Giuseppe Verdi qui m’a entr’ouverte la porte de la musique classique. C’est grâce à cette oeuvre que j’ai su regarder d’un autre oeil la musique dite classique.

C’est cette phrase, attribuée à Giuseppe Verdi : « Tout un chacun devrait éprouver du respect en face de l’humanité qui souffre » qui m’a fait connaître une autre facette de ce personnage illustre.

Je te donne ici quelques extraits de sa biographie selon Catherine Scholler : 

Les Italiens, dont une bonne partie du pays est occupé par l’Autriche, se reconnaissent dans le "va pensiero", le chœur des esclaves chantant leur liberté perdue. Verdi devient, un peu par hasard, le chantre de l’unité italienne : il ne l’a pas choisi mais il va l’assumer. La plupart de ses opéras suivants seront des opéras patriotiques (I Lombardi, Ernani, Giovanna d’Arco, Attila, la battaglia di Legnano…).

La musique était alors le meilleur moyen de défier les autorités : un italien ne pouvait pas circuler dans les rues en déclamant un libellé ou un pamphlet, mais il pouvait chanter ! Les opéras patriotiques devinrent ainsi la meilleure arme contre les occupants, comme la "battaglia di Legnano" créée à Rome en 1849, dix jours avant la proclamation de la république romaine, dont le livret célébrait la victoire des Lombards sur les Germains, et dont les premières et les dernières paroles célèbrent l’Italie.

On peut se rendre compte de l’importance de cette "fronde opératique" en examinant le nombre incroyable de décrets concernant les représentations d’opéra, aussi bien que leurs sujets qui paraissent de nos jours complètement farfelus : le nombre maximum de rappels autorisés avant le baisser de rideau, par exemple…et dès que la révolte grondait, le gouvernement commençait avant tout par fermer les théâtres ! Le public voyait des allusions partout, et tout était prétexte à démonstration, l’art de Verdi était entre autre d’anticiper ces allusions et ces démonstrations ; mais malgré ses opinions, et bien que fréquentant le salon libéral et nationaliste de la comtesse Maffei, Verdi est instinctivement hostile à toute adhésion formelle, et n’appartient donc à aucun mouvement.

Verdi meurt à Milan le 27 janvier 1901. Disparaissant sans laisser d’héritier, il lègue ses droits d’auteur à venir à la maison de retraite des vieux musiciens qu’il avait fondée à Milan. Enterré simplement, selon son vœu, il reçut ensuite de la ville de Milan un hommage solennel tel qu’aucun compositeur n’en reçut jamais.

Quand l’Italie du Nord est annexée par l’Autriche et quand Giuseppe Verdi connaît un grand succès dans son pays, il devient un signe de ralliement pour les patriotes qui déjouent la surveillance de la police autrichienne en écrivant "Verdi" sur les murs, mot que l’on traduisait ainsi : Victor Emmanuel, Roi dItalie !

Je te souhaite un excellent dimanche

 

                                          Y A DLA JOIE!

  

           
           
                         

verdi6

Deux caricatures de Verdi
                                  

5 Comments

  1. Myriam
    Posted 30 janvier 2008 at 21 h 21 min | Permalink | Répondre

    saluti…mon oeil avertit signale tou tou tou en haut de ton billet, en fait le titre giuseppe avec un seul i…et il y a saphira qui m’a laissé un commentaire en disant que tu avais bien caché ta fille pleines de talents pour mes bijoux…hi hi hi

  2. C. toujours vrai
    Posted 31 janvier 2008 at 16 h 21 min | Permalink | Répondre

    salut
    je suis de passage chez toi pour te dire bonjour et te souhaiter une bonne journée
    c’est toujours intéressant de te lire
    Ciao… et à bientôt Erwin
    C’ toujours vrai

  3. Caroline
    Posted 1 février 2008 at 21 h 52 min | Permalink | Répondre

    Bonsoir Erwin
     
    Oh oui… La Traviata… L’as-tu déjà écoutée chantée par une grande Diva, ben je peux te dire que ça donne la chair de poule, tellement c’est beau…!
     
    Très beau billet et très belle musique Erwin… J’adore…!
     
    Gros bisous d’amitié et super bon week-end… Caro
     
     

  4. Caroline
    Posted 1 février 2008 at 22 h 06 min | Permalink | Répondre

    Coucou Erwin
     
    Je reviens pour te dire que j’avais écouté seulement la vidéo du bas, et je suis retournée écouter celle du haut qui est chantée par une Diva… C’est très beau, mais j’ai vu mieux avec une autre Diva…!
     
     
     
     

  5. Myriam
    Posted 2 février 2008 at 9 h 23 min | Permalink | Répondre

    oui oui pas 2 i à ton titre….t’es un coquin!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :