Carnaval


  

 

  

Un grand salut à toi, j’espère que tu te portes merveilleusement bien, comme moi. 

Chose promise, chose due, je te parlerai donc d’une nuit de carnaval, ma fois fort lointaine aujourd’hui…

Dans le N° 10 de mars 1998 j’avais publié un article consacré à ma nuit au Carnaval de Bâle.

Cela se passait du temps où je travaillais en tant que représentant d’un des plus grands importateur de meubles qui avait son siège à Bâle.

J’ai donc pu joindre l’agréable à l’utile…

 

Viens, accompagne-moi, pour une belle nuit blanche, parmi les masques, les confettis et flonflons d’une fête unique dans son genre, viens avec moi au   

 

C a r n a v a l   d e   B â l e

 

Lorsque les festivités carnavalesques ont pris fin dans toutes les régions de Suisse, ceux de Bâle débutent.

En effet, c’est le lundi suivant le mercredi des Cendres que les trois jours et nuits du Carnaval de Bâle commencent.

A trois heures du matin, c’est le traditionnel « Morgenstreich »  qui donne le coup d’envoi. C’est assez impressionnant, toutes les lumières de la ville s’éteignent, les lanternes décorées de caricatures s’illuminent et commencent leur périple à travers les rues de la ville, portées par des personnages masqués, eux aussi hauts en couleurs. D’un pas glissé les cliques se dirigent lentement, presque religieusement, accompagnés des fifres et tambours en direction du pont sur le Rhin.

 

Je ne connais pas les motivations et traditions de ces festivités, mais je veux essayer de vous faire partager les sensations qui m’ont envahis à l’occasion de l’unique fois que j’ai eu le plaisir d’assister à cet événement dans la grande citée rhénane.

 

Ce qui m’a frappé, c’est de voir tous ces groupes, plus ou moins grands, déambuler à travers la ville, accompagnés de fifres, de tambours ou d’une Guggenmusigg, toujours costumés et masqués avec goût, défiler et s’entrecroiser sans heurts, malgré les quolibets et persiflages échangés entre eux ou avec le publique.

De temps à autre on croise un personnage isolé, jouant de son fifre ou de son tambours, déambulant tout seul, toujours de ce même pas lent, chaloupé. C’est d’ailleurs  une manière de marcher qui est contagieuse, j’avais au bout de ma nuit de carnaval, sans m’en rendre compte, adopté ce même pas traînant. 

Au hasard de mes balades je suis entré dans l’un ou l’autre des nombreux bistrots pour étancher ma soif ou calmer les grognements de mon estomac. Grand bien m’a pris !  Bien installé à une table, j’ai pu voir défiler tout ce monde carnavalesque, mes yeux n’étaient pas assez grands pour emmagasiner ces merveilles.

En effet, les cliques passent de cafés en restaurants et de bistrots en bars, pour déclamer leurs « Schnitzelbank » , une sorte de persiflages à la manière des chansonniers, ils s’en prennent avec humour aux événements et personnalités de la région. Pour les habitués il y a les « intrigues » par lesquelles chaque masque tente de reconnaître qui se cache derrière l’autre.

Je ne sais pas si c’était une exception, mais je n’ai pas assisté à une seule scène de violence ou d’excès dûs à l’alcool.

Les lundi et mercredi après-midi c’est le cortège officiel des cliques et groupes à travers la ville. Cortège parsemé de petits clans, constitués de 2 ou 3 personnes masqués, souvent une famille ou les habitants d’une maison.        

Mardi soir toutes les lanternes sont exposées sur la place de la cathédrale. Ce sont souvent d’énormes engins de plusieurs mètres de haut et autant de large, artistiquement décorés de caricatures traitant avec humour et ironie les événements de la vie locale.  

Ce sont trois jours d’une intensité sans pareille pendant lesquelles le vrai bâlois oublie son travail et son lit pour s’adonner complètement à la douce folie carnavalesque.

 

Si j’ai su te donner envie de passer une nuit au Carnaval de Bâle, j’en suis heureux, cela en vaut vraiment la peine ! Je te jure, que là-bas aussi  IL Y A D’LA JOIE  

 

    Der deutsche Text im vorhergehenden Billet

 

   

5 Comments

  1. Yenene
    Posted 28 février 2006 at 9 h 06 min | Permalink | Répondre

    Bonjour Erwin,
    Oui , tu m’as donnée envie de faire le carnaval de Bâle !!!
    Ca l’air genial, lol !!!
    Et tu racontes toujours aussi bien, j’aime venir te lire, même si je ne viens pas souvent…
     
    Je t’embrasse chaleureusement, comme un rayon de soleil te rechauffe la peau…
     
    Yenene

  2. Caroline
    Posted 28 février 2006 at 17 h 17 min | Permalink | Répondre

    Bonsoir Erwin!
     
    Tu nous donnes envie de faire la fête, avec ton beau souvenir de carnaval! Chez nous, il va bientôt avoir lieu, il dure pendant trois jours, du vendredi au dimanche soir, et ça ce passe comme tu le racontes si bien!
     
    Pendant la journée du samedi, des groupes de musiciens costumés, venu de toutes régions, déambulent dans toute la ville, et même jusque dans les magasins!
     
    Le samedi soir il y a une grande fête avec le cortège de musiciens et de familles déguisées et masquées, où les enfants portent chacun un lampion, et entre 22h. et 23 heures, nous nous réunissons tout vers le château, pour voir brûler le bonhomme hiver!
     
    Ensuite, nous nous rendons sous un chapiteau qui est installé sur une place vers les manèges, où a lieu le concours des plus beaux costumes, et la fête continue toute la nuit et toute la journée du dimanche!
     
    A bientôt… Bisous amicaux… Caroline
     
     

  3. le gars joyeux
    Posted 28 février 2006 at 19 h 29 min | Permalink | Répondre

    Re bonjour Erwin, je suis aller consulter ton autre blog, ça laisse sans voix et puis aprés réflexion, on se dit que si un jour cela nous arrive, on doit prendre exemple sur toi et qu’il y a toujours de l’espoir.
    Concernant le lien vers mon blog, pas de problème, et si tu as besoin d’un billet, tu sais comment faire.
    Je repasserais pour m’imprégner de ces billets qui ne cessent de m’interpeller.
    @ bientôt
    Bonne soirée

  4. SATURNE
    Posted 28 février 2006 at 21 h 03 min | Permalink | Répondre

    Bonjour Erwin le carnaval est une merveilleuse occasion de faire la fête et il annonce le retour du printemps.

  5. Fabienne
    Posted 28 février 2006 at 21 h 12 min | Permalink | Répondre

    Bonjour Erwin,
    Je voulais te remercier pour ton commentaire laissé sur mon blog, c’est très gentil à toi!!
    Je n’ai pas eu l’occasion de me rendre au carnaval de Bâle mais c’est vrai que tu en parles si bien que cela donne envie d’y faire un tour!
    Ce ne sera pas cette année mais je ne manquerai pas celui de Payerne avec ses chineuses du lundi, car moi aussi j’adore rigoler et surtout embêter ceux et celles qui sont là pour ça!! Ils n’attendent que ça et c’est vrai que parfois de se lâcher dans la plaisanterie fais du bien.
    A bientôt j’espère qui sait on pourrait se rencontrer à nouveau par internet ou se croiser sur nos blogs lol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :